09.12.11

La Dé-sacralisation

Dé-sacralisons !

Charité bien ordonnée...

  • La dé-sacralisation est insacralisable par essence divine en soi, ainsi l'a voulu le Monstre... Ramen : Si on la sacralise comme valeur inattaquable, on peut alors la dé-sacraliser au nom des valeurs sacrées de la désacralisation par définition.

Ceci dit, ce n'est pas parce qu'elle est insacralisable intrinsèquement qu'on doive faire l'impasse de sa dé-sacralisation. Allons y donc :

  • Pour certains athées dogmatiques éradiquer le sacré est une tâche sacrée (cherchez l'oxymore). Cela tendrait à vouloir cantonner l' "être" en tant qu'humain à sa prétention à sa rationalité, son illusion à sa totale maîtrise rationnelle de soi et de son environnement. Ainsi l'inconscient, ça existe.
  • Il ya une nuance importante entre dé-sacraliser le sacré et l'éradiquer. Le sacré est une façon pour l'humain de se rappeler à son irrationalité, une sorte de lapsus dans sa prétention rationaliste. Vouloir éradiquer le lapsus n'éradique pas pour autant ce qui le sous-tend.
  • Aussi dé-sacraliser le sacré ne reviendrait pas à le nier mais simplement à le ramener à son essence même, sa réelle signification.

Je m'explique :

Du temps où je travaillais en psychiatrie, un patient se déshabillait constamment... Ce en quoi je lui demandais de se rhabiller. "Tu te fatigues pour rien, dans cinq minutes il sera de nouveau à poil. Il est fou, y a rien à y faire" me disait-on. Mais en disant cela, on ne lui renvoyait d'autre signification à son comportement que sa folie. En lui demandant de se rhabiller, je lui signifiais que son acte n'était pas "normal", même pour un fou : que donc sa folie n'en était pas la signification, mais que donc il devait y en avoir une autre. C'était en sorte redonner son véritable sens à son comportement : Celui d'une expression d'un "problème spécifique" pour lui (et non général: folie).

Certes les naturistes diront qu'il n'y a pas de problème ici, sauf à considérer qu'il ne se donnait pas les moyens d'aller vivre dans un camp de naturiste afin de satisfaire ce type d'inclinaisons, donc que ses agissements avaient bien un autre sens.

  • Ainsi dire que le sacré c'est de l'ordre du "normal", c'est lui dénier son caractère irrationnel. Le dé-sacraliser, c'est en sorte lui redonner du sens : Celui d'exprimer la nature irrationnelle de l'être humain. On peut parler alors de ce qu'il y met dedans. Ce qui ne revient à vouloir l'éradiquer.
  • Mais aussi, dans cette douce folie à laquelle nous sommes tous soumis (mais que nous n'investissons pas tous dans le sacré), il convient que, comme dans toute folie, celle ci ne vienne pas à s'imposer aux autres malgré eux : que chacun puisse en prendre ses distances s'il le désire.

Dé-sacralisation n'est point éradication donc,

mais mise à distance salutaire.

Ramen

Posté par Yves Forban à 23:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires sur La Dé-sacralisation

Nouveau commentaire