19.01.12

Le Ying et le Yang

L'Ordre et l'Anarchie

Dé-sacralisons !

Et le Monstre dit à Saint Forban d'Aquin : "Le Ying et le Yang : Voilà une valeur qu'elle est insacralisable encore..."

C'est une notion d'une pureté inaltérable, parfaite... Non évidemment ! Parce qu'il y a toujours un peu d"imperfection dans la perfection et inversement... Ce qui en fait une valeur parfaite dans son imperfection : d'où une Valeur Sacrée car Insacralisable... Vous suivez ? (on ne vous a jamais dit que les Arts Divinatoires ancestraux étaient faciles d'abord). Le Monstre en Spaghetti Volant est La Parfaite Illustration de cette notion... "IL" ne l'inventa point : "IL" EST l'essence même de cette Notion, Sa Transcendance Parfaite... Ramen.

De doctes Maîtres Pasta se sont d"ailleurs longuement penchés sur la question de savoir si Sa Boulette de Viande gauche était plus parfaite que Sa droite ou inversement, jusqu'au jour où IL leur répondit que c'était kif-kif, sauf que Sa Boulette droite était plus pareille à l'autre, "à moins que la réponse ne se trouve dans Mes Patafioles", a-t-IL ajouté espièglement. Et les Maîtres Pasta de reprendre leurs doctes investigations en coupant les cheveux d'anges en quatre.

Bref, "IL" créa donc le monde à Son Image : A la fois Parfait ET Imparfait, Intelligent ET Inintelligent, c'est très fort (évidemment ! A quoi pouvions nous donc nous attendre d'autre de Sa Part ?)

En illustration, étudies donc ces deux notions antagonistes, et pourtant indissociables : L'Ordre et l'Anarchie LUI suggéra-t-il. Et ainsi il fit :

  •  L'ordre poussé à son paroxysme, c'est le fascisme, le communisme, l'inquisition, l'islamisme, la révolution française, et autres chasses aux sorcières. Et le paradoxe saute tout de suite aux yeux : Ce sont de grands désordres en soi, qui instaurent d'emblée ce qu'ils prétendent combattre.
  •  Question "folies et absurdités" faites au nom d'un Ordre Sacralisé, ça se pose bien. 
  •  A l'opposé, l'anarchie totale ne vaut guère mieux. L'anarchie est une notion qui voudrait que chacun dispose de son libre arbitre comme il l'entend, en dehors de toute coercition. Belle utopie, mais qui suppose que chacun soit à même soit à même de gérer sa propre responsabilité vis à vis des autres en toute "raison garder" et équité. Mais voilà : Si l'humain était un être naturellement raisonnable et équitable, ça se saurait.
  •  Ceux qui réclament l'équité sont bien souvent les exclus d'un ordre inéquitable ; Mais dès qu'ils s'emparent du pouvoir, ils s'empressent bien souvent à bafouer leur bel idéal dans un esprit revanchard et/ou égocentrique.
  •  L'anarchie mal gérée (mais peut-elle l'être autrement ?), c'est l'expression de la sélection naturelle dans sa forme la plus brutale. Pourquoi pas ? Parce que l'humanité se bâtit justement sur des valeurs communautaires basées sur l'équité précisément, une solidarité relative envers l'exclu de l'ordre équitable (à condition qu'il n'en profite pas pour jouer sur un misérabilisme machiavélique afin d'en tirer avantage indu - mais peut-il faire autrement alors ?) 
  •  L'anarchie s'exprime dans l'absence d'ordre équitable précisément, dans la finance internationale ou les guerres civiles qui privilégient injustement la loi du plus fort dans la maîtrise des instruments de pouvoir (armes, argent etc.) Pourquoi pas ? Même réponse.

Sacraliser l'Ordre ou l'Anarchie revient à ignorer les dérives négatives de chacune des parties, comme les bienfaits que l'autre peut nous apporter.

Aussi le darwinisme social a-t-il atteint ses limites, conclut-il.

  •  La sélection naturelle n'est plus guère plus à l'ordre du jour : Où l'on vit donc l'hégémonisme humain s'affirmer avec tant de force dans la nature qu'il en finit par compromettre la survie de son propre écosystème.
  •  Et nous ne savons plus nous arrêter, trop préoccupés à devancer notre voisin humain dans une compétition darwiniste inter-personnelle, de classe, et communautaire.
  •  Affirmer notre prééminence à une niche économico-écologique devient ubuesque, face aux sélections naturelles dangereusement dévastatrices pour nous-même, en retour, que nous imposons à la nature.

L'écologie bien comprise ne consiste plus désormais à laisser les mécanismes de sélection naturelle reprendre leur droit naturellement, mais au contraire à protéger la nature contre une sélection naturelle drastiquement dangereuse, par nous induite.

  • La dicotomie ordre naturel/humain reste néanmoins vain, tant l'Humain ne reste qu'un sous produit de la sélection naturelle ne cherchant qu'à saccager son écosystème à son profit à court terme, en bon prédateur qu'il reste... repoussant toujours à plus tard sa responsablité envers un monde qui peine de plus en plus à pérenniser ses bienfaits dans la durée, alors que ça ne dépend plus que de lui.

Que dire ? Avant nous ne disposions que des bienfaits que "Dieu", "Dame Nature" autrement dit, avait mis à notre disposition (un tantinet transformés par nous pour ce faire néanmoins) : Nous n'aurons désormais que les bienfaits que nous aurons su en préserver et restaurer. Nous ne dépendrons plus tant de Dieu, nous serons devenus Dieu, en ce sens où ce dont nous disposerons désormais ne proviendra que de notre bon vouloir gestionnaire, ou non... On va enfin savoir si Dieu est bon et miséricordieux à notre encontre en devenant notre propre Dieu : J'ai comme un doute, tout à coup...

Mais comment en sommes nous arrivés là ?

Les Théologiens judéo-chrétiens disent que Dieu créa l'Homme à son image, en ce sens que nous avions vocation à dominer son monde accessible, à son instar. Mon oeil (unique), c'est le Monstre qui créa l'Humain à son Image : Si Parfaite Et Imparfaite à la Foi_, et donc Parfaite dans Son Imperfection.

La création de l'Humanité :

  •  Le Monstre en Spaghetti Volant en eut un peu marre des récriminations continuelles des peuples Midget, Midgit, et de la Ligue des Pirates Insatisfaits.
  • "IL" créa donc le peuple Humain qui fut appelé à gérer lui-même son monde, avec les pleins pouvoirs à terme, en dehors de tout recours intempestif à Sa Divine Providence, bref à devenir un chouia une Déité Monstrueuse comme LUI.
  • "IL" inventa donc pour eux donc "la responsabilité" liée à la liberté de gérer les choses à sa guise, et d'en subir les conséquences.
  •  Les humains commencèrent par faire un Volcan de Cidres pour surclasser le Divin Volcan de Bières, car il fallait bien trouver aux humains un moyen de marquer leur divine promotion.
  •  Aussi le Monstre y mit un bémol : "IL" dit que les Humains n'auraient pas de pouvoirs divins d'emblée, mais devraient acquérir progressivement cette toute puissance par eux même au fil des générations.
  •  Et même que, pour éviter qu'ils ne l'acquièrent plus vite que leur maturité ne leur permettrait de la maîtriser, "IL" leur mettrait des bâtons dans les roues par Toucher Nouillesque pervertisseur dans leurs expérimentations à fin de parfaire leur maîtrise par la connaissances des choses.

Un extraterrestre *, nommé Xanu, prétendra avoir fait sauté les Volcans de Bières et de Cidres, et autres usines Hight Tech et strippers, mais en vérité je vous le dis, ce fut le Monstre qui ne donna guère aux humains les connaissances pour entretenir ces merveilles, dans la mesure où ils se devaient de les acquérir par eux même au faire et à mesure de leur accession à la divine maîtrise de leur Pasta.

 * De très anciens textes en patois pastafari ancien, difficilement traduisibles, font état du fait que Le Monstre aurait créé d'autres planètes avec d'autres peuples. Certains passages suggèrent éventuellement que de la Pasta Primitive seraient issus plusieurs Déités Monstrueuses qui auraient chacune créé ainsi leur propres planètes avec leur propre peuple : Le Monstre Fajitatien Volant les Shadocks sur leur planète déformable (pas plus doué que le MSV !), qui voyagent à bord de vaisseaux pirates interstellaires ; Le Monstre Pizzaïolesque Volant les Gibis avec leur planète discobolique (qui voyageraient en soucoupes volantes) ; Le Monstre Croissantesque Volant les Gabrielliens, sur la planète "Gabrielle" (Un gabriellien, prénommé Ange, serait venu apparaître à plusieurs prophètes terriens pour leur délivrer leur folle sagesse - Ying & Yang obligent -) ; d'où aussi les Couscousistes, Galette-de-milistes, Baguettistes, Kebabistes,  Hamburgeristes (SPAM), et autres Udonistes (dits aussi Edonistes), mais Notre Monstruosité Spaghettienne est notre Créateur perso et reste LE Seul jusqu'à preuve du contraire... 

  • Ceci dit au bout de quelques milliers d'années nous sommes enfin à la veille de notre ascension au statut de Dieux Vivants doués d'une Toute Puissance Quasi-Divine sur notre monde, mais sommes nous assez matures pour en être Dignes ?
  • Saurons-nous gérer l'avênement de Notre Ordre, tout en sachant gérer le "lâcher prise" nécessaire à cet Ordre même ?

Mais le Monstre avait bien prévenu : "Devenir Une Déité Monstrueuse, Intelligente et Inintelligente à la fois n'est pas un Chemin parsemé de Pétales de Roses. Il ne suffit pas de copier un modèle en bêlant, ça s'apprend en commetant ses propres erreurs.

Pour en revenir à nos Moutons Noirs ou dociles :

Et le Monstre délivra ces quelques conseils :

  • Tout Ordre comporte en soi ses propres effets pervers.
  • Ce qui ne veut dire que tout Ordre est à priori à proscrire.
  •  Car tout Ordre est sencé garantir l'équité entre tous, mais génèrant nécessairement ses propres dommages colatéraux dans son incontournable imperfection ; Il appartient à cet Ordre de prendre la mesure de ses propres dérives et de tout tenter pour les corriger, tout au moins les amoindrir dans toute la mesure du possible pour raccrocher les wagons des exclus de son propre système à ce dernier, voir même de les privilégier, car ce n'est que justice.
  •  Y compris le régne animal, végétal, voir minéral, car même si la vengeance leur est étrangère, nos incontournables erreurs non corrigées finissent toujours par avoir des conséquences néfastes. C'est le lot de toute déité nécessairement Imparfaite. "Tenez, MOI JE ME beurre la gueule chaque fois que je constate les dérives de Mon Monde Imparfait"... "Qui a dit - Tous les prétextes LUI sont bons - Là ? Ce n'est pas Monstre possible une telle pertinente impertinence quand même..."
  •  Et n'oubions pas que Le Monstre n'interviendra pas : Nous ayant créé pour être indépendants, ceci dit il est écrit qu'IL se laisse facilement attendrir par les apparats de Pirates, qui ont toujours été ses préférés en qui il se reconnaît le mieux.
  •  Un conseil avisé du Monstre question dignité : "Foutez vous en, j'ai bien conçu Votre Monde un soir de beuverie". Aussi ne sommes nous pas obligés de suivre les préceptes du Monstre.

 Râmen

Posté par Yves Forban à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Le Ying et le Yang

Nouveau commentaire