28.04.12

L'athéisme

Dé-sacralisons ! Dr Tutut

  • Hola ! Comme on y va, comment pourrait-on dé-sacraliser un mouvement d'inspiration profondément profane ? On ne peut dé-sacraliser quelque chose qui n'est point sacré à priori.

Effectivement, c'est pour cela qu'il convient de voir en quoi l'athéisme est sacré avant de songer à toute dé-sacralisation.

Qu'est donc que l'expression du Sacré en sociologie ?

  • Le Sacré n'est que la symbolique d'une communauté à vouloir exister en tant que communauté.

Ainsi le totem principal du christianisme est la croix qui symbolise la volonté des chrétiens à vouloir se reconnaître en tant que groupe autour d'un symbole fédérateur, et c'est ainsi que la croix est investie d'une valeur sacrée (sociologiquement... après la théologie "rationalise" tout ça si on peut dire)

Aussi le sacré, d'un point de vue purement sociologique, n'est pas forcément ce que l'on en entend habituellement. Le totem des français c'est ainsi leur drapeau, qui symbolise leur volonté de former communauté autour de ce symbole fédérateur idem, détenteur des Valeurs Sacrées de la République.

Tous ces groupes ont des sous totems idéologiques "l'amour du prochain" pour les uns "Liberté Egalité Fraternité" pour les autres. Et les athées ont pour totems fédérateurs "la Raison", "La science", "le progrès" et bien sûr en premier "le rejet de toute idée de déification".

Mais ces "totems athées" comportent en eux même des valeurs quasi sacrées pour les athées, sacralisés en tant que valeur symbolique du groupe d'athées à vouloir exister en tant que tel, comme tout autre groupe se reconnaissant avec son totem.

  • La difficulté première des athées réside en ce qu'ils disent combattre la religion, alors que, sociologiquement parlant, c'est une religion aussi en soi. Et sociologiquement les athées ne visent pas tant à éradiquer le fait religieux en soi, qu'à chasser les anciennes religions par une nouvelle qui sanctifierait la raison plutôt qu'un dieu.

Et les athées ne pourrons l'emporter qu'en admettant ce fait religieux, en s'admettant comme religieux, en somme en concurence avec des égaux.

Whaoouuu ...

Qu'en disent les sociologues, à part que dieu (ou totem) n'est que la symbolique sacralisée du groupe.

Le-dit groupe ainsi symbolisé insufle une énergie aux membres du groupe, à travers les buts qu'il leur enjoint par son idéologie : IL exerce ainsi une puissance supérieure sur les individus en leur donnant des buts qui les dépassent en tant qu'individus : Et le Sacré et les déités ne sont jamais que la métaphore de cette "Puissance Supérieure", prise souvent au pied de la lettre par la suite.

Alors oui, on peut dire que les athées sont habités par l'âme de leur groupe qui les enjoint de dépasser leur intérêt personnel immédiat pour être animés par des buts qui les dépassent. Et c'est cela la véritable nature du sacré, sociologiquement parlant.

  • Alors dire que l'athéisme est une religion, alors là oui ! c'est une véritable dé-sacralisation (paradoxale ici) qui le ramen(e) de son plan supposément supérieur et etheré à la vile religion terre à terre, et dans le même pré carré purement grégaire et instinctif qu'elles.

Ce qui ne veut dire que cette religion soit égale aux autres (rien n'est égal d'ailleurs) : Disons que ses valeurs sacrées (la raison... etc.) ont un "potentiel" fédérateur plus important que les autres... en ce sens qu'elles se montrent plus solides au doute à terme.

Le doute sceptique étant d'ailleurs une de ses valeurs essentielles, c'est en cela qu'elle y résite mieux : c'est une valeur au second degré, qui reprend à son compte ce qui pourrait la détruire, mais en en faisant une valeur centrale, elle est nourrie par ce qui est censé la détruire : "Le doute menace notre existence, ce qui nous donne raison de le considérer comme une valeur puissante, raison qui rafermit donc nos croyances". Paradoxe, paradoxe !

  • Comme Durkheim le faisait remarquer : l'humain est prêt à admettre que la nature est mue par des mécanismes invisibles au premier abord qu'il peut assimiler si la science les lui explique. Mais cet Humain n'est pas encore prêt à admettre que l'humain est ainsi agit par des lois invisibles qui le dépassent, car sous l'emprise de sa vanité à vouloir être maître de lui même, par la raison et la conscience. Or cette raison et cette conscience doivent admettre leur manque d'emprise sur bien des choses pour pouvoir précisément mieux les comprendre, et donc prétendre à une réelle ouverture d'emprise sur elles. Paradoxe, Paradoxe !
  • Ainsi il est étonnant que les athées, vouant un culte à la science pourtant, feignent d'ignorer ses conclusions quand à la réelle nature de leur mouvement. Ils sont encore en sorte dans le reniement de leurs propres valeurs, ce qui les bride dans ce porte à faux.

Et la Laïcité donc

Tenez, prenons la laïcité : C'est un totem fédérateur, mais c'est ainsi une religion au sens sociologique du terme. Une religion qui interdirait aux religions d'inférer dans la politique, sauf elle-même paradoxalement.

  • Pourtant le paradoxe se résoud de lui même si on la considère comme religion en bonne sociologie. C'est un totem fédérateur comme toute religion, mais chaque religion ne fédère que sa propre communauté, alors que la laïcité fédère toutes les religions, philosophies de vie, et donc tous les humains quelques soient leur religion (comprises laïques). C'est donc une religion plus fédératrice, donc d'ordre supérieur aux autres, dans la définion sociologique du sacré, comme symbolique d'un groupement humain. C'est une méta-religion si l'on peut dire dont les tabous prévalent donc naturellement sur les autres religions d'ordre inférieur (car moins fédératrices). N.B. : Elle permet aussi le culte de l'athéisme "comme religion" au même titre que les autres, et est donc une religion supérieure à l'athéisme qui ne fédère que ses adeptes.

Alors la sociologie c'est bien, mais ce n'est pas très pratique au quotidien : Dites donc que la laïcité est une religion d'abord... que c'est une religion supérieure aux autres ensuite... et vous aurez d'emblée un rejet général du concept et par les laïcs (quoi que ?) et surtout par les religieux qui refuserons de mélanger les torchons (profanes à priori) avec les serviettes (Sacrées), enfin surtout d'admettre qu'une religion, déja à priori profane, soit en plus supérieure à la leur. D'où la laïcité ne serait plus un totem fédérateur en ce cas ; comme si paradoxalement la laïcté ne pouvait exercer son rôle religieux que si elle niait sa réelle nature religieuse en bonne sociologie. Il est bien plus pratique de définir la laïcité comme un "vulgaire" modus opérandi (surtout sans plus !) permettant aux religions de cohabiter ensemble sans trop de heurts.

  • En ce sens, en mettant au centre la défense de la laïcité n'excluant pas les religions comme certains athéistes,  le Monstre en Spaghetti Volantisme, en tant qu'un de ses totems représentatifs, serait une religion d'ordre fédérateur supérieur ; Mais, comme pour la Laïcité, seuls les maîtres Pasta doient en être conscients pour ne pas foutre le bazar dans le système (quoi ?! c'est déja trop tard ?!) **. Sauf que le FSM ne fédère que ses adhérents, et se retrouve au même plan que les autres religions donc... Sauf que son totem principal est la laïcité alors qu'elle n'est que périférique aux autres. 

Comment se fait-il donc que la religion reste encore cantonnée aux religions officiellement reconnues dans l'imaginaire populaire ?

Car enfin la sociologie a démontré que tout groupement humain était fondé sur la religion, c'est à dire qu'un club de "fanatiques" d'une "idole" de la chanson fonctionne exactement comme une religion officielle, être commusiste, porter des Nike, etc. Idem.

  • Parce que, évidemment, les religions intronisées n'entendent pas se laisser assimiler à un gang de banlieue, un club de fans, où même un parti politique. Et ces congrégations ont une emprise idéologique suffisamment puissantes sur la société pour imposer leur façon de définir les choses.
  • A l'autre bout, les athées, laïques, républicains, communistes, etc. supporteraient tout aussi mal d'être assimilés aux religions "théistes", et leur poids idéologique est tout aussi prégnant sur le social pour barrer toute tentative de rapprochement sémantique sur la question.
  • Mais encore une fois, tous ces mouvements ont les mêmes caractéristiques sociologiques qui en font une même catégorie de fait. Il y a ainsi plus de différences fondamentales entre l'hindouisme et les religions tribales australiennes, qu'entre l'hindouisme et le communisme par exemple (clans-castes-classes sociales ??)
  • Ainsi, scientifiquement c'est comme si on ne pouvait pas dire que le kangourou faisait partie du règne animal parce que divinisé par un clan Australien, le jaguar de même par des précolombiens, le coq par des gaulois, l'aigle par des germains, l'ours par des suisses, l'ane par des catalans, etc. . Bref il y aurait des totems sacrés d'un coté et des animaux vulgaires de l'autre, et il serait inconvenant de prétendre que les deux puissent avoir un quelconque rapport catégoriel entre eux.

Voilà, alors entre le catholicisme, le gang du quartier nord, et le parti démocrate, on ne peut les ranger profanement dans la même catégorie, il faut être un initié de la religion sociologique et avoir accès à des savoirs interdits, au vocabulaire cabalistique, pour pouvoir se permettre de le faire dans de doctes facultés à l'abri du vulgaire.

C'est ainsi que si vous dites que le Monstre en Spaghetti Volantisme est une religion sur Wikipedia (qui est aussi sociologiquement une religion), et ceci le plus sérieusement du monde (bon c'est vrai Y.F. a esquissé un sourire ce faisant) les modérateurs pêtent tout de suite une durite, parce que religieux et rationnalistes imposent encore leur idéologie séparatiste entre eux aux modèles culturels, à contrario de ce qu'en dit la science. N.B. : évidemment qu'on se moque des modèles culturels religieux en proposant à wiki que le pastafarisme est une religion, mais nous savons aussi, qu'en tant que communauté, la Pasta est réellement une religion sociologiquement parlant (et visiblement Bobby aussi), mais wiki est incapable de séparer les deux plans : humoristique et scientifique. Cette inaptitude vient de ce qu'il ne veut même pas discuter du fait par aveuglement idéologique : l' "intrus perturbateur de la bonne pensée vulgaire" est interdit d'accès d'emblée pour impertinence sans avoir le temps de pouvoir prouver sa pertinence (d'ailleurs il vaut mieux ne pas montrer sa pertinence, parce que les modérateurs méprisants (ça se passe comme ça chez Wiki !) passent alors pour des cons, et sont d'autant plus mauvais avec vous en enfreignant toutes les rêgles de wiki - en tant que religion les seuls autorisés à transgresser le tabou et les valeurs sacrées sont les prêtres, c'est une réccurence -).

Je vous le dis en vérité mes frères l'obscurantisme religieux c'est terrible.

Y.F. : Bon allez Tonio le Fourbe, il est temps d'allez te reposer, tu vas finir par être aussi saoûlant que moi et la divine bibine à la fin.

 ** dans le même ordre d'idée les nations sont des religions de type patriotique, et des concepts comme l'Europe ou l'ONU en sont des religions d'ordre supérieur car fédérant les peuples des différents états , et dont les tabous de non agressions prévalent sur les obligations de défense de intérêts patriotiques. Mais là encore un totem ne vaut que s'il est respecté en tant que tel, si la Laîcité était contesté soit par les musulmans soit par les catholiques elle ne comprendrait plus que ses partisants et serait reléguée au rang de religion ordinaire en concurence directe avec les autres. de même l'Europe et l'ONU ne tiennent que par le respect que les pays lui octroient. Une forte religion est aussi la démocratie, même si elle ne comporte pas de totem bien identifiable on sent bien que c'est un clan solidaire qui se serre les coudes. Aussi le totem absolu serait l'humanisme, qui considère tous les humains comme faisant partie du clan... Quoi que dépassé depuis par l'écologie qui considère non seulement l'humanité comme un tout solidaire dans l'adversité, mais y inclut également toutes les espèces vivantes, et même la nature en elle même dans ses éléments les plus impersonnels : l'eau, l'air, la glace, la terre, les minéraux, les courants et les vents... A part la défense de l'empire inter-galactique, où l'amitié avec les extraterrestres, je ne vois pas ce qu'on peut faire de mieux comme supra religion universelle. (euh... salut à toi grand Raël mamamouchique)

Râmen

.

Posté par Yves Forban à 17:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur L'athéisme

Nouveau commentaire