18.12.11

L'anti-corformisme / Le conformisme

Dé-sacralisons !

L'anti-conformisme : Voilà une valeur, qu'elle serait bien insacralisable ?

  • Eh bêeeh, pas tant que ça finalement, car si c'est une valeur de liberté d'esprit non moutonnier à priori, c'est quand même une valeur d'opposition (au conformisme). Ce qui fait sacralisation, c'est souvent la systématisation d'un mode de pensée. Aussi si l'anti-conformisme se borne à vouloir ne surtout pas être conforme à ce que les autres s'attendent de nous, ce peut devenir une forme de conformisme à rebours.
  • Alors, vas pour l'anticonformisme intelligent, qui consisterait à ne pas foncer tête baissée dans tous les clichés qui s'imposent dans le social, et à revendiquer bien fort cette liberté, si c'est pour mieux s'intérroger sur ce qui nous convient réellement finalement... Quitte... quitte à suivre les majorités bêlantes, si ces dernières vont finalement dans le sens qui nous convient.

L'anti-conformisme suprême consiste ainsi à parfois épouser le conformiqme ambiant (mais pas par conformisme moutonnier).

Bon ! Mais de quoi c'qu'on cause là dis donc ?

  • Un beau jour... ça ce passe généralement par beau temps ces choses là, parce que le Monstre en Spaghetti Volant n'est pas d'humeur à décider des choses pas gros temps, et préfère alors se terrer dans un coin de la galaxie avec une bonne bouteille...Un beau jour donc, le Monstre décréta : "Vous serez tous égaux, car en vérité JE vous le dis, vos différences me font toutes autant marrer les unes que les autres, et ceux de droite seront plus égaux que les autres" : en fait, il évoquait sans doute ceux de gauche parce que dans le vis à vis ceux qu'IL voyait à droite, étaient en fait à la gauche des autres. Mais comme personne ne LUI demanda de précision, personne ne pu savoir exactement qui étaient ceux qui étaient plus égaux aux autres que les autres.
  • Ceux qui étaient dans le fond à gauche, qui entendaient mal, comprirent qu'il fallait se conformer au désir du MOnstre en étant tous égaux : ce qu'il interprétèrent par "pareil", et leur chefs de file, "Panurge" et "Narcisse", se concertèrent pour aplanir leurs différences afin de former le courant "conformiste"
  • Et il se mirent à se copier les uns les autres sans réfléchir, juste pour se conformer à la conformité grégaire du courant "conformiste".
  • Mais ils ne parvinrent jamais à être tous identiques, et pour répondre à leur nouveau dogme, ils se regroupèrent par familles de ressemblances, les peaux foncées ensembles, les peaux claires, les yeux bridés... Plus tard un certain Darwin dira que c'était le résultat d'une sélection naturelle... N'importe quoi ! Puis ils se regroupèrent par affinités : les rockers, les mods, les beatniks, rastas, punks, et autres gothiques... etc... Ils marginalisèrent les vieux, les fous, les faibles, les étrangers et tout ce qui ne correspondait plus à leurs standards sociaux.
  • A chaque fois qu'ils rencontraient quelqu'un qui ne leur ressemblait pas ils changeaient de trottoir pour ne pas se croiser. Mais l'autre choisissant en général de changer de trottoir de même par mimétisme malgré tout, cela créa bien des tensions. Ils finirent par revendiquer leur propres trottoirs, en insinuant que c'était aux autres de leur laisser leur bout de trottoir, parce qu'ils étaient moins pareil qu'eux, et inversement.
  • Ils ne se dirent plus que des choses convenues entre eux, et pour certains finirent à dire les mêmes mots en même temps en des psalmodies collectives
  • Finalement les grands clans décrétèrent qu'étant plus nombreux à être pareils, les autres devaient s'aligner sur eux.
  • Mais leur décompte était difficile à établir, car voulant se ressembler, ils se copiaient tout le temps, et il n'était pas rare qu'un groupe plus important au départ du décompte, ne l'était plus à l'arrivée.

Au bout de trois cent ans, car IL avait vraiment pris une cuite carabiné l'avant veille, Le MÔnstre se réveilla interloqué : Tous se pressaient autour de LUI pour demander à quoi IL voulait qu'on ressemble. IL eut du mal à Se concentrer sur ces piailleries, eut égard à sa gueule de bois : "Hé ! Ho ! Mais qu'est-ce que c'est que ce chambard ? Vous avez tout compris de travers : c'est vos différences qui me plaisent pareillement " ... ... " Et puisque que vous risquez de mal interpréter mes paroles, considérez donc que si c'est un dogme, le seul dogme que j'autorise désormais est le rejet du dogme ... ... RHâaa mais non !" "Rhâmain..." répétèrent-ils tous en choeur, brusquement interrompus : "Stop ! Arrêtez ! JE vous demande de vous arrêter"

C'est vers cette époque que Le Mônstre décida  de prendre ses distances avec ces humains, en se rendant invisible à leur approche... ne délivrant désormais ses consignes qu'aux Maîtres Pasta, et aux Cap'tains Pirates dans le plus grand secret. Et les scientifiques tentèrent bien de deviner ses intentions dans les lois de Sa nature, mais IL brouilla les pistes volontairement pour éviter toute dérive mal interprétée, et IL y prit même un certain plaisir à la longue.

Ce ne fut que bien plus tard, constatant que les humains savaient fort bien se passer de lui pour tout faire de travers, qu'il finit par sortir de son mutisme en contactant Henderson. Dans le fond, ça ne serait être pire s'IL réapparaissait.

Rhâmen... ("Argh ! Arrêtes ça tout de suite, JE te dis !")

Posté par Yves Forban à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur L'anti-corformisme / Le conformisme

Nouveau commentaire